Les acteurs

L'ÉTAT
L’État est l’autorité concédante à laquelle ASF est liée par un contrat de concession. Il veille au respect des engagements pris par ASF, en matière d’aménagement, d’entretien et d’exploitation du réseau routier national concédé. Dans le cadre de l’échangeur d’Agen Ouest, le ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer a approuvé l’opportunité du projet et validé la poursuite des études.

VINCI Autoroutes
VINCI Autoroutes totalise un réseau de 4 386 kilomètres en France et est constitué des sociétés concessionnaires ASF, Escota, Cofiroute et Arcour.
Basée à Agen, la Direction Régionale Aquitaine Midi-Pyrénées gère 7j/7 et 24h/24, 380 kilomètres d'autoroutes (A62, A20, A68, A680, A64, A61 et A66), traversant deux grandes régions : l'Occitanie et la Nouvelle Aquitaine.
Afin de faciliter l’accès aux autoroutes depuis le réseau secondaire et contribuer ainsi au développement des territoires, VINCI Autoroutes met régulièrement des nouveaux échangeurs en service. Une quinzaine d’études de cette nature est actuellement en cours. Ces études sont menées par la Direction Opérationnelle de la Construction Ouest basée à Pessac en Gironde.

UN PROCESSUS DE CONCERTATION CONTINU
Le processus de concertation avec les partenaires a débuté bien en amont de la phase de concertation publique. En effet, dans le cadre des études, VINCI Autoroutes travaille en étroite collaboration avec les services techniques de l’État et les collectivités locales concernées par le projet. Ainsi, le projet soumis à l’avis du public dans le cadre de la concertation publique et notamment les 3 variantes proposées, ont fait l’objet d’un consensus préalable avec l’État et les collectivités locales.

LES PARTENAIRES
L’Agglomération d’Agen et le Conseil départemental de Lot-et-Garonne  sont les collectivités demanderesses de l’échangeur d’Agen Ouest.
À ce titre, elles contribuent au financement du projet qui a été retenu par l’État dans le cadre du Plan d’Investissement Autoroutier

Les communes de Brax, Roquefort et Sainte-Colombeen-Bruilhois, dont le territoire est directement concerné par la création du futur échangeur, sont les partenaires associés à l’élaboration du projet.